JNPS 2012 - TOUS ACTEURS ET CITOYENS

Chaque année, depuis 15 ans, autour de la date du 5 février, l’Union Nationale pour la Prévention du Suicide (UNPS) sensibilise l’opinion publique et les pouvoirs publics avec un thème nouveau lié à la prévention du suicide. À cet effet, les associations qu’elle regroupe sur le territoire national se mobilisent pour relayer le message. Cette année, nous avons choisi de valoriser les actions des associations sur le terrain et d’affirmer que chaque citoyen peut s’impliquer dans la prévention du suicide.

RÉORGANISATION DE LA SANTÉ EN France

Il nous est apparu opportun aujourd’hui de nous interroger sur la place qu’occupe, ou devrait occuper, la prévention du suicide dans le cadre d’une réorganisation de la santé sur le plan territorial. La loi du 21 juillet 2009 dite loi « Hôpital, patients, santé, territoires » qui a pour objectif de moderniser les établissements de santé et d’améliorer l’accès à des soins de qualité, réorganise le système de santé en créant notamment les ARS (Agences Régionales de la Santé). Dans leurs limites géographiques, les ARS sont donc investies d’un pouvoir dans le développement de la politique nationale de santé. C’est sur elles aussi que s’appuie la mise en œuvre du nouveau Programme National d’Actions contre le suicide 2011-2014, lancé par le Gouvernement le 10 septembre 2011. Celui-ci donne en effet la responsabilité aux ARS d’assurer « la coordination des acteurs et la mise en œuvre d’actions de prévention du suicide adaptées aux spécificités régionales ».

UN NOUVEAU PLAN

Ce nouveau plan, tant attendu par les associations concernées, présente, pour la première fois, une dimension interministérielle avec six Ministères qui y souscrivent : Justice et Libertés – Travail, Emploi et Santé – Education Nationale, Jeunesse et Vie Associative – Agriculture, Alimentation, Pêche, Ruralité et Aménagement du Territoire – Enseignement Supérieur et Recherche – Solidarité et Cohésion

Sociale. S’il s’inscrit dans la continuité du premier plan lancé en 2000, il est plus ambitieux et se veut soucieux « d’agir plus efficacement en termes de prévention et de prise en charge ». Il se développe en 49 mesures regroupées en six axes et porte une attention particulière à certaines populations jugées plus vulnérables au risque suicidaire. L’un des objectifs, souligné comme majeur, est celui d’améliorer la qualité des données statistiques. Ce à quoi s’attache également l’UNPS car la prévention ne peut se réaliser pleinement sans la connaissance approfondie de données épidémiologiques. DIVERSITÉ ET COMPLEXITÉ DES RÉPONSES Dès lors, la réflexion, que nous allons mener, permettra à la fois de prendre en compte la situation structurelle nouvelle et de confronter les expériences des différents acteurs sur le terrain avec des regards croisés qui saisissent la diversité et la complexité des réponses en termes de prévention du suicide. Un plan, aussi parfait soit-il, prend toute sa force bénéfique intentionnelle, que s’il repose sur la volonté de femmes et d’hommes mobilisés pour un combat qui n’est pas celui « contre le suicide » mais pour la défense de la santé et par là-même de la vie. Le suicide est un enjeu majeur de santé publique. Oui, mais pas seulement ! C’est aussi un enjeu social et même sociétal, car c’est chaque citoyen que cela concerne !

TOUS ACTEURS DANS LA PRÉVENTION DU SUICIDE

Il ne s’agit pas seulement d’appréhender la prévention du suicide en termes de soins, autrement dit, lorsque le passage à l’acte a eu lieu, ou lorsque la manifestation de la souffrance s’exprime par des pathologies mentales, mais bien plus largement au sens de la protection de la SANTE,

ressource collective, indispensable à l’épanouissement de l’individu. La prévention du suicide passe donc par la conjugaison d’actions multiples de proximité avec des acteurs professionnels, associatifs et des citoyens animés par la compréhension de la difficulté d’être.

L’UNPS, UNE FORCE VIVE

L’UNPS qui regroupe 35 associations représente une force vive importante avec ses 5 000 bénévoles ou salariés, tous acteurs sur le terrain en métropole comme dans les DOM-TOM. Cette formidable chaine de solidarité peut se démultiplier, car c’est chacun à sa place, dans son lieu de vie, que la prévention du suicide peut s’exercer par une attention, une écoute, un regard qui redonne espoir en la vie. Même s’il est indéniable que la prévention de ce drame social relève d’une volonté politique, nous pouvons tous être, en tant que citoyens, des acteurs de la prévention du suicide. L’UNPS a la volonté d’être un maillon fort dans la mise en oeuvre de cette politique et dans la chaine de solidarité qui pourrait prendre toute sa dimension si la prévention du suicide devient une « Grande Cause Nationale ».